CAC-23 mars 2020: Dans ce reportage de extrait de l’émission Machaed takafi (مشهد الثقافي) par Abdelali Mezghiche, il évoque avec le réalisateur algérien Amar Tribèche pour la première fois le rôle de la Cinémathèque Algérienne dans la restauration des films. Le reportage a donné la parole au directeur du Centre Algérien de la Cinématographie Salim Aggar, qui a expliqué le rôle important de la Cinémathèque dans la sauvegarde du patrimoine filmique algérien et étranger. 

L’équipe l’ENTV s’est également déplacée au niveau de la Bibliothèque Nationale où sont stockés la majorité des films algériens pour être vérifiés et restaurés. La restauratrice du CAC, Hamida Fakani a expliqué au journaliste de l’ENTV sa mission réelle. La cinémathèque Algérienne dispose de plus de 40 000  bobines en 35 et 16 mm au niveau de la Bibliothèque nationale ce qui est considéré comme la plus importante collection et stock de films en Afrique et dans le monde arabe. 

Le directeur du CAC Salim AGGAR a entrepris des démarches pour équiper la Cinémathèque Algérienne avec les derniers équipements pour la sauvegarde des films et ensuite la numérisation des films algériens et étrangers.   

Dans ce sens, le Centre Algérien de la Cinématographie a sollicité et obtenu du service des archives de l’EPTV, la numérisation des films rares algériens. C’est dans ce sens que la cinémathèque Algérienne a pu numériser le film « Elles » en 16mm de Ahmed Lalem réalisé en 1966 ainsi que le premier film cinéma algérien « La nuit a peut du soleil » de Mustapha Badie qui était que 35 mm.   

La responsable de la restauration des films au Centre Algérien de la Cinématographie 
L’équipe de l’Entv interviewant le directeur du Centre Algérien de la Cinématographie Salim Aggar