Très originale, la vieille salle de cinéma « L’Alhambra» (également, autrefois, communément appelée «cinéma Caravano» par les citadins Béjaouis), en ce sens qu’incontestablement il n’existe nulle part ni en Algérie, ni sur tout le continent africain et même en Europe. Située au-dessous de la fameuse place Gueydon. La salle offre une vue imprenable sur le front de mère qui la rend si unique au monde.

La «L’Alhambra» deviens « La Révolution » à l’Indépendance (juillet 1962), Puis elle est intégrée au CAC comme salle de répertoire vers la fin des années 1980. Elle fut Retapée à neuf en 2009, d’une capacité de 350 places.

Elle est l’une des rares salles en Algérie à être dotés d’équipement de pointe, DCP, DOLBY 7.1 et du 35 mm.

La cinémathèque de Bejaïa, offre par ces nombreuses zones de confort un climat d’accueil à même de satisfaire les amoureux du septième art.

Les différents directeurs qui se sont succédé à la tête de la direction de la cinémathèque de Bejaia :

– MOHAMED HAMLAOUI
– TAZAROUTE ABDELMALEK
– ABBAS ISLAM
– FODIL ASSOUL

La cinémathèque de Bejaïa à accueilli entre ne nombreux réalisateurs étranger de l’ancienne et nouvelle génération dont l’incontournable René Vautier , ainsi que La salle de Bejaïa est devenue aussi une étape obligatoire pour tous les réalisateurs Algériens, on citera entre autres ;

– Merzak Allouache
– Abderrahmane Bouguermouh
– Azzedine Meddour
– Belkacem Hadjadj
– Mohamed Bouamari
– Mohamed Chouikh