La FIAF a remis son prix 2019 au légendaire cinéaste franco-suisse Jean-Luc Godard lors d’une cérémonie spéciale à Lausanne, en Suisse, le 11 avril 2019. La cérémonie de présentation s’est déroulée au Casino de Montbenon, siège de la Cinémathèque suisse, où La communauté de la préservation du film s’est réunie cette semaine à l’occasion du 75e Congrès annuel de la FIAF. Jean-Luc Godard a dédié ce prix à la mémoire d’Iris Barry (1895-1969), premier conservateur de la cinémathèque du Museum of Modern Art de New York à partir de 1935 et l’un des fondateurs de la FIAF.

Depuis 2001, date à laquelle le premier prix FIAF a été remis à Martin Scorsese pour son plaidoyer novateur en faveur de la cause de la préservation du film, la FIAF a décerné son prix annuel pour célébrer une personnalité de film extérieure au monde des archives, dont l’expérience et l’engagement personnel envers le cinéma soulignent missions. Les lauréats précédents du prix FIAF sont notamment Ingmar Bergman (2003), Mike Leigh (2005), Hou Hsiao-hsien (2006), Peter Bogdanovich (2007), Agnès Varda (2013), Jean-Pierre et Luc Dardenne (2016) et Christopher. Nolan (2017). Le prix FIAF de l’année dernière a été remis au cinéaste thaïlandais Apichatpong Weerasethakul aux Archives cinématographiques thaïlandaises de Bangkok. Le récipiendaire du Prix FIAF est sélectionné par le Comité exécutif de la FIAF parmi une liste restreinte de candidatures soumises par des membres du personnel de toutes les archives affiliées à la FIAF dans le monde.

Né en 1930 à Paris, de nationalité française et suisse, Jean-Luc Godard est l’un des principaux réalisateurs mondiaux et l’un des derniers représentants vivants de la Nouvelle Vague française. Au cours de sa carrière, il a expérimenté de nouvelles façons de raconter des histoires et de faire des films qui ont influencé de nombreux cinéastes plus jeunes.

Frédéric Maire, président de la FIAF, directeur de la Cinémathèque Suisse et ancien responsable du Festival du film de Locarno, a expliqué la décision d’attribuer le Prix FIAF de cette année à Jean-Luc Godard: « La créativité de Jean-Luc Godard est profondément enracinée dans sa vaste connaissance du cinéma fils de la Cinémathèque française et d’Henri Langlois, qu’il a toujours soutenus pendant des moments difficiles au lendemain de mai 1968, il a toujours été un critique de cinéma pour les Cahiers du Cinéma. , des caméras légères aux équipements numériques les plus modernes, contribuant au développement de nouvelles caméras légères de 35 mm avec Jean-Pierre Beauviala (Aaton) et expérimentant les sons 3D (en Adieu au langage) et 7.1 (dans Le Livre d Au début des années 1970, il fut également l’un des premiers cinéastes français à explorer, avec Carole Roussopoulos, les possibilités offertes par le système vidéo portable Sony.

De retour dans son pays d’origine, la Suisse, au milieu des années soixante-dix, habitant non loin de Lausanne, il renoue avec la Cinémathèque suisse et son directeur, Freddy Buache. Certains de ses films à partir des années 1980 ont été tournés en partie dans les locaux et / ou avec le soutien de la Cinémathèque suisse. Il a toujours soutenu la Cinémathèque en cas de besoin et réalisé le court métrage tant vanté Lettre à Freddy Buache lorsqu’il lui a été demandé de réaliser un film sur la ville de Lausanne. Enfin, il a été l’un des principaux invités du congrès de la FIAF à Lausanne en 1979, qui célébrait le 50e anniversaire du célèbre Congrès des réalisateurs indépendants de La Sarraz. Au travers de son travail, il a toujours montré un grand intérêt et une grande préoccupation pour le travail, les missions et les objectifs des archives cinématographiques. Pour toutes ces raisons, nous pensons qu’il mérite d’être récompensé par notre communauté. Ce troisième congrès de la FIAF à Lausanne est le occasion idéale pour cela.  »

La plupart de ses travaux sur Gordard sont liés à l’histoire du cinéma et rendent hommage à ses classiques, comme Fritz Lang qui dirige le film dans Le Mépris ou le camée de Samuel Fuller à Pierrot le Fou. Il y a consacré sa célèbre série d’Histoire (s) du cinéma, ainsi que son dernier film, Le Livre d’image de 2018, qui a remporté une Palme spéciale à Cannes.