Le Centre Algérien de la Cinématographie (CAC) a dressé un bilan des activités de la cinémathèque Algérienne et des principales salles de répertoire de son établissement pour l’année 2019. Le CAC possède une dizaine de salles de répertoire de la cinémathèque algérienne en activité, parmi elles six salles sont très actives sur la scène cinématographique et culturelle: Les salles d’Alger, Tizi-Ouzou, Bejaia, Oran, Annaba et Tlemcen. 

Chaque salle a son public, sa vision cinématographique et sa programmation spéciale. Plus de 200 films algériens tous formats et plus de 1000 films étrangers ont été projetés dans les salles du CAC. La cinémathèque Algérienne à travers ses salles de répertoire a organisé 53 Cinéclubs, 51 Cycles, 9 Hommages et organisa trois partenariats avec des instituts culturels étrangers.

Notamment à la Cinémathèque d’Alger avec l’organisation avec la semaine du film franco-italien du 16 au 23 juin en partenariat avec l’institut italien et le l’institut français d’Algérie. Mais également l’exposition des affiches du cinéma espagnol organisé en juillet en partenariat entre l’institut Cervantès.

La cinémathèque Algérienne a accueilli plusieurs festivals : Les RCB à la Cinémathèque de Bejaia, le festival amazigh à la cinémathèque de Tizi-Ouzou, le festival pour enfants à Alger et le festival Derb cinéma à la cinémathèque de Tlemcen. 

La cinémathèque Algérienne revient aux cycles nationaux et internationaux

Parmi les cycles organisés par la cinémathèque Algérienne, on notera les cycles organisés par la cinémathèque d’Alger consacrés à Faten Hamama, René Vautier, Sam Pekinpah, Charlie Chaplin, Youcef Chahine, au cinéma Japonais et au cinéma iranien.

Des hommages aux personnalités du cinéma algérien ont été également organisés à la cinémathèque d’Alger notamment à Moussa Haddad, Mustapha Badie, Hadj Abderhmane et Malek Haddad.

La cinémathèque est devenue l’espace d’expression des jeunes cinéastes notamment les femmes, lors d’une projection de six documentaires

La Cinémathèque un espace ouvert aux jeunes cinéastes 

La cinémathèque d’Alger qui a également organisé plusieurs projections pour les jeunes réalisateurs dans le cadre de son ciné-club : Nazim Larabi, Kamel Aiche, Khaled Kebich, Khaled Bounab, Salim Hamdi….d’autres réalisateurs se sont produits dans les autres cinémas de répertoire de la cinémathèque Algérienne, notamment Ahmed Rachedi à la cinémathèque de Bejaia, Karim Moussaoui à la cinémathèque de Tlemcen et Fatma Zohra Zaamoum à la cinémathèque de Tizi-Ouzou.      

La cinémathèque d’Alger a également consacré son espace pour les enfants en organisant des projections de films pour des écoles primaires, pour présenter le film pour enfants « Le Bélier Magique » de Sadek El Kebir et la projection de films pour des collégiens et des étudiants de Communication pour l’Université de Ben Aknoun et cela pour rétablir la tradition des salles obscures

Les cinémathèques d’Alger, de Tizi-Ouzou et de Bejaia ont ouvert leurs portes à des femmes réalisatrices du collectif Cinéma et Mémoire de Habiba Djahnine avec la projection de 6 documentaires réalisés dans le cadre d’un atelier de création de films documentaires qui s’est tenu à Timimoun et Alger de Novembre 2017 à mai 2019.

La cinémathèque de Bejaia, la plus fréquentée en 2019

En matière de fréquentation, la cinémathèque de Bejaia demeure la plus fréquentée en 2019, suivi par la cinémathèque d’Alger, puis la cinémathèque de Tizi-Ouzou.

Le CAC mise sur la communication digitale 

Concernant la Communication, le nouveau Directeur du Centre Algérien de la Cinématographie (CAC) Salim AGGAR, a opté pour une communication digitale. Il a notamment lancé en 2019 le site web de la cinémathèque algérienne www.cinemathèque.dz Un site qui a remporté un grand succès puisqu’il a été finaliste du concours des Algeria web Award.  Le nouveau directeur a également amélioré la présence sur les réseaux sociaux des principales salles de répertoire de la cinémathèque Algérienne. Ainsi huit salles sur 11 possèdent une page facebook. La page facebook la plus célèbre et surtout la plus ancienne demeure la page de la cinémathèque de Bejaia, qui possède plus de 6000 fans sur facebook. Elle est suivi de très près par la page de la cinémathèque d’Alger crée il y a tout juste une année et qui possède déjà 4200 fans, arrive en troisième positions la cinémathèque de Tizi-Ouzou avec 2200 fans sur facebook. Le centre Algérien de la Cinématographie possède également un compte twitter et un compte youtube.

La numérisation des archives: la plus grande mission de la Cinémathèque Algérienne 

Sur le plan restauration et archive, le CAC a entamé un plan de restauration des films rares et a numérisé avec le soutien de l’EPTV, plus de six films algériens important en format 16 et 35 mm.

Le Centre Algérien de la cinématographie a ré-ouvert à la fin de l’année 2019, la cinémathèque de Batna et prévoit la réouverture de la salle de répertoire de la Cinémathèque Algérienne à Constantine en ce début de l’année 2020. 

Le directeur de la Cinémathèque Algérienne au congrès de la Fédération International des films d’archives à Lausanne en 2019
Une grande complicité entre le directeur du CAC Salim AGGAR avec le directeur de la Cinémathèque Tunisienne Hichem Ben Amar

Sur le plan international, le Centre Algérien de la cinématographie (CAC) qui est membre de Fédération internationale des archives du film (FIAF) depuis 1996, a participé en février au congrès de la FIAF à Lausanne en Suisse qui a regroupé plus de 100 cinémathèques du monde. Le directeur du CAC a également participé à la réunion des cinémathèques méditerranéennes qui eu lieu à Tunis pour renforcer les liens avec les cinémathèques de la région, notamment la cinémathèque tunisienne, française et turque.     

Pour l’année 2020, le directeur du CAC, M.Salim Aggar prévoit l’organisation de plusieurs activités cinématographiques, créera un forum de débat sur le cinéma mondial et organisera notamment des expositions des affiches rares du cinéma égyptien et russe. Enfin, en matière d’équipement le CAC prévoit l’équipement durant l’année 2020, en DCP de la cinémathèque d’Alger et de Tizi-Ouzou.